Fédération Départementale des Chasseurs

+1-888-123-1234 info@company.com

Menu
Un nouvel épisode de grippe aviaire

Un nouvel épisode de grippe aviaire

Par Dans Non classé Le 2 décembre 2020


L’Europe est confrontée à un nouvel épisode de grippe aviaire dans l’avifaune sauvage. Le virus qui s’est propagé tout au long du trajet migratoire des oiseaux est arrivé récemment aux Pays-Bas.

Un premier cas a été signalé dans l’hexagone le 16 novembre dans une animalerie de Haute-Corse confirmant les craintes d’une arrivée imminente. Le Ministère de l’Agriculture a aussitôt classé la France en risque élevé entraînant l’application pour les chasseurs des mesures réglementaires suivantes :

Pour les appelants anatidés utilisés pour la chasse au gibier d’eau :

  • Transport interdit ;
  • Seuls les appelants déjà présents sur le site de chasse peuvent être utilisés et mis à l’eau dans la limite de 30 oiseaux ;
  • Le détenteur ne doit pas se rendre dans un élevage de volailles dans les 48 h suivant la chasse ;
  • Tout le matériel doit être nettoyé et désinfecté ;
  • 10 des appelants utilisés pour la chasse devront faire l’objet d’analyse en fin de saison de chasse ;
  • Sur le lieu de détention, les appelants doivent être strictement séparés des autres types d’oiseaux (volailles, oiseaux d’ornement) et doivent être confinés.

Pour les lâchers de gibier à plumes :

  • Seuls les lâchers de galliformes peuvent avoir lieu, les lâchers d’anatidés sont interdits ;
  • L’éleveur fournisseur doit réaliser un transport sécurisé après avoir obtenu une dérogation auprès de sa DDCSPP (valable 15 jours) ;
  • Le responsable de la société de chasse qui réceptionne le gibier devra signer et conserver une attestation sur l’honneur (qui restera valable toute la saison de chasse) et s’engager sur les points suivants :
    • Les lâchers doivent précéder une action de chasse ;
    • Les oiseaux seront tirés rapidement après le lâcher et dans des quantités importantes pour que la densité locale n’augmente pas (en adaptant le nombre d’oiseaux lâchés au nombre de chasseurs présents etc) ;
    • Le lâcher doit être réalisé dans un territoire éloigné des zones de chasse au gibier d’eau.

 

D’autres mesures de prévention s’appliquent aux éleveurs de volailles, comme la claustration ou la protection des parcours par des filets.

La souche actuellement incriminée ne présente pas de risques particuliers pour la santé humaine.

La Fédération des Chasseurs, l’Office Français de la Biodiversité, la Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations et enfin le Laboratoire Vétérinaire Départemental sont actuellement mobilisés pour collecter et analyser les cadavres d’oiseaux sauvages qui seraient découverts. Un tri préalable sera opéré pour exclure les oiseaux dont la mort est d’origine traumatique (collision, etc…). Cette surveillance sanitaire exceptionnelle sera maintenue jusqu’à janvier et portera essentiellement sur les oiseaux d’eau et les rapaces diurnes.

A la veille des festivités de fin d’année, la filière avicole française déjà fragilisée par les effets économiques du confinement doit être préservée.

La Fédération des Chasseurs apportera toute sa contribution en s’impliquant activement dans la surveillance sanitaire des oiseaux sauvages.

 

En cas de découverte d’oiseaux morts, contactez :

En semaine, la FDC 52 au 03.25.03.60.60. ou le technicien de secteur

Le week-end, l’OFB au 03.52.18.02.10

 


Concernant l’auteur

Technique

Les commentaires sont fermés ici.